5° Allons-nous devenir des " sans bureaux " ?

Alors que nous entamons une nouvelle phase du déconfinement, tous les bureaux n’ont pas encore repris du service ! Tandis que 60% des nouveaux travailleurs envisagent de faire perdurer le télétravail de manière régulière ou ponctuelle (selon un sondage CSA pour Malakoff Humanis publié en mai) et que le marché de l’immobilier est en plein essor en province, la vie rêvée du « sans bureau » pourrait bien devenir réalité pour de nombreux Français ! Entre bienfaits et revers de médaille, nous discutons du sujet à travers des témoignages de Parisiens déconfinés : Camille D. 26 ans, Chef de projet évènementiel pour un groupe pharmaceutique et Matias L. 34 ans, Data Scientist pour un distributeur.

1- Le nouveau bureau : lieu de nécessité et d’échanges


Pour beaucoup, le télétravail s’est imposé pendant le confinement. Certains l’ont découvert par nécessité mais l’ont fortement apprécié. Pour Camille D. « le début était difficile, on était enfermés dans un appart sans balcon, sans lumière. Cela donnait un côté « grotte », mais d’un autre côté, on pouvait faire à manger quand on avait envie, sans aucune pression, c’était plaisant ! »

« On évite le temps de transports dans une boîte à sardines ! »

Comme le souligne Matias L., le télétravail a mis fin aux courses dans le métro, aux klaxons chantonnants, aux pauses café pour tenir le rythme... Nous avons découvert les réunions en pyjamas, le travail dans le canapé, les vraies pauses déjeuner, le thé au balcon…Cette petite bulle a également permis à des chanceux de connaître le confinement doré à la compagne ou en bord de mer. Un rythme de vie hors des villes avec un bureau improvisé au jardin, une session surf au soleil couchant, une partie de football avec les enfants pour clôturer sa journée, de quoi faire rêver les citadins qui s’imaginent déjà poser leur pierre bien loin de leurs appartements étroits ! Pour Camille D. qui a vécu la fin du confinement en Bretagne, c’était le jour et la nuit. « Travailler au jardin quand il fait beau, après le travail, prendre la planche de surf, c’est un luxe inestimable (...) avoir de l’espace, être entouré de sa famille, j’étais très contente »


Au-delà d’un mode de vie paisible, cette forte période de télétravail a révélé la capacité de nombreuses entreprises à travailler à distance. Les merveilleuses prouesses technologiques ont permis d’adapter le présentiel en virtuel, de digitaliser à foison sans perdre l’identité de l’activité, sans compter les équipes qui ont parfaitement fonctionné à distance car opérant déjà dans un univers digitalisé.

Mais alors pourquoi continuer de regrouper son équipe dans un espace au loyer parfois prohibitif et imposer le travail au bureau alors que ce dernier a déjà fait ses preuves à distance ! C’est toute une tradition française qui se retrouve bouleversée ! Beaucoup d’entreprises sont en pleine réflexion concernant leurs habitudes. Pour certaines, le bureau actuel sera conservé mais avec plus de télétravail (ne mettons pas la charrue avant les bœufs !) quand d’autres profitent de la période pour se séparer de leurs locaux flamboyants pour devenir les futurs nomades du travail, adeptes des rendez-vous ponctuels dans des lieux divers (coworkings, cafés, bureaux itinérants etc.) Quid de ceux qui basculent vers un mode 100% télétravail ? Pour Matias L. « Mon idéal c'est le flexitravail et je pense que ça va s'accélérer. J'aimerais mixer le télétravail avec du temps au bureau pour voir les collègues quand j'en ai besoin. J'aimerais aussi travailler de partout. Je suis étranger et pouvoir retrouver ma famille en Argentine pendant 2 semaines, tout en travaillant à distance, ça serait idéal ! » Au cœur de cette réflexion, il faut également considérer la notion même d’entreprise. Les discussions informelles, les projets de groupes, l’entente des équipes, ce sont aussi ces facteurs qui créent l’univers de marque et permettent de développer l’activité. Par ailleurs, il est difficile d’imaginer une vie d’entreprise à travers Skype et un réseau Wi-Fi parfois défaillant… ! Le futur bureau ressemblerait alors davantage à un lieu de rencontres, de détente et d’échanges sur des sujets clés. En somme, à un lieu nécessaire à la création d’une cohésion d’équipe et d’une dynamique de développement.

2- Télétravail, le nouveau talon d’Achille de l’économie ?


Alors même que l’activité économique du pays repart, le « sans bureau » montre cependant des failles qui remettent en cause tout le mode de vie des actifs, quel que soit leur lieu d’exercice ! Les restaurateurs ressentent déjà l’absence des employés de bureaux qui ne viennent plus casser la croûte dans leur restaurant. Certes, le contexte actuel peut en freiner plus d’un mais la pause brasserie s’est aussi transformée en déjeuner à la maison ! Les restaurateurs devront-ils abandonner les concepts innovants de snacking à emporter pour revenir vers des modèles plus traditionnels, associés à une « sortie » plutôt qu’à une pause déjeuner ? La technologie jouera probablement tout son rôle pour sauvegarder ces établissements grâce à la digitalisation (livraison, click and collecte etc.) C’est toute une culture française qui accueille la menace du télétravail avec inquiétude tandis que d’autres secteurs tremblent eux aussi face à une généralisation du « sans bureau ». La baisse des locations d’espaces menacerait le marché de l’immobilier, notamment dans les grandes métropoles, toute comme les locations et achats d’appartements au centre-ville, associés à des lieux « d’enfermement » lors du confinement ! L’absence du bureau pourrait également faire chuter nos achats beauté et d’habillement car le lieu de travail représente pour beaucoup une nécessité de représentation sociale et de « contraintes » d’apparence (quand elles ne sont pas imposées). Ironie du sort, les tailleurs de costumes doivent aujourd’hui affronter l’explosion des ventes de joggings…


Alors sommes-nous en train de tuer l’économie en restant chez nous ? La généralisation du télétravail et du nomadisme chez les actifs serait-il en opposition avec notre modèle économique ? Loin d’en tirer des conclusions philosophiques, il est intéressant de projeter le « sans bureau » pour ses conséquences individuelles positives mais aussi négatives pour notre système global.

À méditer ! ­­


Agathe Dagorn

Nous permettons aux entrepreneurs d'externaliser leur administratif en toute sérénité. Redonnez le sourire à votre comptable en optant pour une solution en backoffice et à temps partagé. Administratif quotidien, préparations comptables, finances, ressources humaines, office management... T'inquiète On Gère ! 

Contact

104 Boulevard Sébasopol

75003 Paris

France

06 77 14 00 67

Suivez l'actualité TKTOG !

  • TKTOG LINKEDIN
  • TKTOG INSTAGRAM

©T'inquiète on Gère ! 2020